Sélectionner une page

Commençons par un court roman de Michel Field, qui nous entraîne en Afrique noire où l’auteur a passé son enfance. Dans Le vieux Blanc d’Abidjan dans sa prison de Yopougon, l’auteur évoque le combat qu’il mena pour faire libérer son père, alors emprisonné en Côté d’Ivoire pour une sombre affaire de détournement de fonds. À l’issue d’une folle journée, il rencontrera le président Félix Houphouët-Boigny, qui finira par gracier le « vieux Blanc ». Au-delà de la dénonciation d’un système corrompu et soutenu par la France, l’auteur rend hommage à l’Afrique, chatoyante et fantasque, où tout est possible mais où tout peut soudainement basculer.

 

 

 

La tentation de tout quitter pour vivre l’aventure, nous l’avons tous un jour. Certains franchissent le pas, comme Olivier Lemire qui relate dans l’Esprit du chemin son voyage « aux sources du Bonheur ». Le Bonheur, c’est cette rivière qui prend sa source au mont Aigoual, dans les Cévennes. À 50 ans, l’auteur quitte Paris à pied et traverse la France au gré de bourgades et de hameaux dont les noms évoquent autant d’étapes possibles sur le chemin du bonheur. Et dresse le portrait d’habitants croisés à qui il pose la question : « et vous, qu’est-ce qui vous rend heureux ? ». Un récit d’écrivain voyageur autant qu’un cheminement intérieur.

 

 

 

Le voyage, c’est aussi le thème de ce formidable roman de Helen Macdonald, M pour Mabel. Transcendant tous les genres, ce livre racontre l’histoire d’un deuil, celui que la narratrice doit faire après le décès brutal de son père. Parce qu’elle pratique la fauconnerie, elle décide d’acquérir un autour, l’oiseau le plus sauvage de son espèce, et de s’isoler du monde pour l’apprivoiser. Tissant peu à peu un lien fort avec un être aux instincts puissants, elle renouera peu à peu avec la vie. Une écriture magnifique sur un sujet original.

 

 

 

 

Connaissez-vous le shibumi ? Et le jeu de go ? J’ai découvert tout cela et bien plus dans ce thriller haletant écrit par un auteur mystérieux et légendaire, Trévanian. Un écrivain qui a toujours refusé de se montrer mais dont les livres se sont vendus à des millions d’exemplaires et dont certains ont été adaptés au cinéma, par Clint Eastwood notamment. Le shibumi, c’est l’idéal japonais de simplicité, de réserve, d’attention et de profondeur, et c’est aussi le titre de ce roman. On y découvre l’histoire de Nicholaï Hel, l’assassin le plus doué de son époque et l’homme le plus recherché du monde. Et on suit son parcours sinueux de tueur à gages, depuis l’effondrement du Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la montée des mouvements terroristes. Un polar intelligent et documenté qu’on ne lâche qu’à la dernière page.