Sélectionner une page

20Jeudi 18 février, je suis allé écouter la pianiste virtuose Natacha Kudritskaya en récital au conservatoire de musique de Puteaux.

Confortablement installé dans la vaste salle Gramont du conservatoire, je vois s’avancer sur scène une jeune femme en jeans qui, avant d’entamer son premier morceau, une suite de Jean-Philippe Rameau, prend la parole pour expliquer l’œuvre. Elle le fera tout au long du concert, créant ainsi une grande proximité avec son public, en cassant les codes parfois engoncés du récital classique.

Classique, son programme ne l’est pas : après le 18e siècle de Rameau, elle entame une pièce d’un compositeur moderne, avant de redécouvrir une pièce oubliée de Debussy. Elle n’en est pas moins à l’aise dans la Pathétique de Beethoven, et termine son programme avec Gaspard de la nuit, trois pièces virtuoses de Ravel, avec une fraîcheur et une aisance technique confondantes.
Formée à Kiev, en Ukraine, à l’École de Musique spécialisée de Lysenko, puis à l’Académie Musicale Nationale Tchaïkovski, Natacha Kudritskaya intègre à 19 ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Distinguée pour « le caractère personnel et juste de son interprétation de la musique française »,
elle est récompensée par le Premier Prix ainsi que le Prix Robert Casadesus au Concours International Vibrarte. Natacha Kudritskaya est alors invitée à se produire dans les principaux festivals et salles de concert de France et d’Europe.

Nul besoin d’aller dans les grandes salles parisiennes pour écouter de grands pianistes, que le conservatoire de Puteaux programme au cours d’une saison 2015-16 d’une exceptionnelle richesse.